Brazaletes medievales reforzados

Los brazaletes protegían el antebrazo del combatiente, es decir, aquella parte del brazo que comienza con el codo y desemboca en la muñeca. El antebrazo transmite el giro a la mano mediante la articulación del codo. Los dos huesos del antebrazo están unidos a la mano, a través de la muñeca.

La rotura del antebrazo incapacitaba al guerrero para la lucha, de ahí la necesidad de protegerlo con los brazaletes, ya fueran de cuero, de metal, de hueso, marfil o cualquier otro material resistente.

Su uso fue tan normal que se generalizó como un complemento estético del traje medieval. Griegos, romanos, vikingos, persas, otomanos o templarios, han valorado al brazalete como muestra de prestigio, fuerza y defensa personal.

Desde la antigüedad hasta la actualidad, el brazalete se ha convertido en un complemento imprescindible del vestuario, teniendo en cuenta que los primeros ejemplares se encontraron en las cuevas de Denisova, Siberia, y datan de hace 40.000 años.

Su variedad, belleza y colorido es tan diverso como infinito, como podemos ver en estas imágenes.

Además, el brazalete, de acuerdo a su forma o material, también indicaba el estatus del que lo portaba y servía como emblema para que fuera visto por los demás. Sin olvidar nunca su principal cometido, que era le de protección del antebrazo.

VER BRAZALETES MEDIEVALES

VER OTROS BRAZALETES DE ÉPOCA

VER PRECIOSOS COMPLEMENTOS MEDIEVALES

Les camails ou camails d’armures médiévaux

L’invention des cottes de mailles s’attribue aux celtes, en l’an 300 a.v. J.C. et jusqu’au XIVème siècle étaient les armures principales des soldats courants. La fonction la plus importante d’une cotte de maille était de protéger contre les armes coupantes de l’adversaire et se confectionnait spécifiquement pour chaque partie du corps qu’elle devait couvrir.

Au fur et à mesure que le monde des armures changeait, la cotte commençait à avoir un rôle secondaire, mais pas moins important dans la défense, jusqu’à que au XVème siècle elle s’employait strictement pour être portée en-dessous de l’armure et dans les zones les plus vulnérables comme le cou, les genoux et les articulations.

La cotte offrait une série d’avantages: la flexibilité, la fabriquée et la réparée était relativement facile et son coût ne supposait pas de grands investissements d’argent.

Les camails ou camails d'armures médiévaux
Les camails ou camails d’armures médiévaux

Le camail ou camail d’armure est une maille métallique qui se met sous le casque de combat et couvre le cou et les épaules. Il remplaçait à son jour la coiffe de maille qui était utilisée par les classes les plus pauvres seulement. Le camail d’armure s’unifie au casque normalement avec des lacets en cuir et des petites attaches connues comme vervelles.

cotte de maille

Les camails étaient inconfortables et lourds, c’est pour cela, que les soldats se mettaient généralement en-dessous un type de rembourrage. Bien sûr, les camails d’armures ne protégeaient pas contre les ojets pointus comme les flèches, mais, pour le chevalier médiéval c’était une forme de protection très nécessaire, même après l’arrivée de l’armure métallique.

Camails d'armures médiévaux
Les camails ou camails d’armures médiévaux

Actuellement les “Reconstitueurs”(historique) et les amants du Moyen-âge sont ceux qui profitent le plus de ces pièces surtout dans les fêtes et évènements médiévaux. Et quelle meilleure excuse pour essayer cette vestimentaire, les camails d’armures et les cottes de mailles, savoir ce que sa représente de les portés et de bougé sous son poids, car même après plusieurs siècles, les cottes de mailles continues de se fabriquées de la même manière, ce qui fait qu’elles peuvent pesées jusqu’à 25 kilos.

VOIR PLUS DE CAMAILS OU CAMAILS D’ARMURES MÉDIÉVAUX

VOIR PLUS DE COTTES DE MAILLES

VOIR GANTS MAILLE

Les Capuches Médiévales

La capuche c'est une pièce à porter qu'on utilise pour couvrir la tête et le visage et on le peut placer dans le dos.  Normalement, elle peut servir à nous protéger contre le climat, comme article de la mode, comme une sorte de robe ou comme une partie d'un uniforme traditionnelle; ou simplement pour éviter le fait d'être reconnu quand on la portait.

Les Capuches Médiévales

Actuellement, les capuches à la mode sont normalement la partie qui couvre la tête d'un manteau, une chemise ou une cape. On a l'exception de la capuche pour la pluie qui ne fait pas partie  d'un vêtement plus grand.

Les Capuches Médiévales

Les capuches étaient portées normalement sous les têtes quand elles étaient nécessaires sinon on les laissait tomber sur le dos. On avait aussi des capuches démontables pour faire tourner un manteau d'hiver en un autre du printemps; ou afin de les plier ou les enrouler dans un petit poche placé dans le cou du vêtement.

Les Capuches Médiévales

Les capuches  auparavnt étaient très similaires aux capuches modernes, souvent elles faisaient partie d'un manteau ou d'un chapeau. On les apprecevait surtout dans l'Europe Médiévale et on les developpera avec la forme des chapeaux extravagants. On a des exemples des capuches moelleuses qu'on portait sous le chapeau.

Les Capuches Médiévales

Une capuche c'est un complément des plusieurs uniformes académiques qui est constituée par  capucha es un componente de determinados uniformes académicos que se constituye por una prenda a menudo brillante y decorativa usada solamente en ocasiones especiales. Muchos trajes de las damas medievales llevaban capucha como complemento decorativo o para protegerse del frío.

Les Capuches Médiévales

Les religieux au Moyen Âge et aussi ceux de nos jours portent aussi des capuches dans leurs vêtements, appelés habits.

Souvent, les capuches servent à cacher l'identité de la personne qui la porte et parfois faisait impossible de connaître l'identité de la personne qui la portait. Cela implique aussi que cette personne ne pouvait pas voir  très bien ce qui l'entourait. Parfois on les utilisait pour prévoir l'arrivée de la personne qui se revetait avec elles.

VOIR DES AUTRES CAPUCHES MÉDIÉVAUX

VOIR DES BONNETS, CHAPEAUX ET CRESPINES MÉDIÉVAUX 

VOIR ACCESSORIES MÉDIÉVAUX

VOIR VETEMENTS MEDIEVAUX

Épée de François Ier de France

François Ier de France est né le 12 septembre de 1494 et mourait le 31 mars de 1547. À été nommer roi de France en l’année 1515 et régnait jusqu’en 1547. François Ier de France aussi appelé le Monarque original de la rennaissance Française. Sa rivalité permanente avec l’Empereur Charle V par l’ hégémonie en Europe a été l’origine d’un conflict millitaire prolongé et ruineux qui donnait origine à la révolution protestante. François Ier de France était un allié de Soliman le Magnifique et ainsi ont formés l’alliance Franco-Otomane. Ses grands rivaux étaient le Roi Henri VIII d’Angleterre et l’Empereur Charles V.

Les historiens racontent que, dans la Bataille de Pavie, en 1524, le Roi Français était capturé par les troupes de Charles V et obligé à remettre son épée. Dans la matinée du 24 février, comptant avec une avance irrésistible, oblige aux impériaux à se regroupés et se retirer vers l’este, restant en Pavie une garnison minime pour faire front à une armée supérieure. Lorsqu’il voit battue la Chevalerie Impérial, François I croit que la bataille était gagnée et ignore un détail très important: les arquebusiers espagnols. Les dommages que ceux-ci ont provoqués étaient dévastateurs, obligeant à François I à se rendre et à remettre son épée.

Image 1284 Épée de François Ier de France

Ce n’était pas la première fois que un Roi remettait son estoc et sa moufle droite, reconnaissant de cette manière avoir été vaincu; François Ier avait pris comme exemple à Jean Ier de France et au Roi David Ier d’Écosse.

Au niveau symbolique, l’épée d’un souverain représentait la justice, l’ordre et la protection qu’exerçait un Roi sur son peuple; le fait d’avoir renoncer à son épée, François Ier laissait aux siens à la merci de l’ennemi.

Le 24 mars de 1849 s’autorise la fabrication d’une copie. La lame de l’épée est large et sur les deux faces on apprécie un noeud et une croix de trois bras; la poignée se compose d’une croix qui termine en double volute avec le texte: “FECIT POTENTIAM IN BRACHIO SVO” (“Il faisait des prouesses avec son bras”-du Magnificat).

Image 1284 de François Ier de France

Image 1284 de François Ier de France

VOIR PLUS ÉPÉES HISTORIQUES